29.11.2008

.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir Sur les quais désert de la gare, je regarde les trains de la vie passer un à un, sans jamais les voir s'arrêter, je suis la vache des villes, la vache du beton qui les scrute derière la lentille, sucitant la curiosité des regards étonés. face à

10:45 Écrit par fu | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.